Filtre
  • 12/12 concert soutien CCAN au 103

     
     
    LE 12/12 en soutien au CCAN
    par le CCAN et Les enfants Terribles
     
    _HALF DEAD PIGS (porc punk / Saint Dié)
    site : http://half-dead-pigs.zic.fr/

    _DOOMSISTER (grind crust-sludge/doom / Le Thillot)
    bandcamp : http://doomsisters.bandcamp.com/

    _SEITAN D'MALHEUR (hard core/power violence - Nancy)
    bandcamp : http://seitandmalheur.bandcamp.com/

    _EXZEMA (électropunk urticante - Nancy)
    vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=6vOR7EuwhAQ

     

    + after à base de skeuds

    + table de presse

    + sandwich vegan

  • Samedi 21 novembre 19h // Concert Diego Pallavas // Bar asso, Moyen (54)

    Prochaine soirée au Bar Asso samedi 21 novembre : du PUNK vosgien ! 
    Ramène ta crête et viens ! Ça va pogoter à Moyen !

  • Le merdredi 11 novembre à 11h11 // Récital antimilitariste et anticapitaliste avec la chorale des Sans Nom // Porte Héré, Nancy

  • Soirée inauguration "freak Zine"

  • Collecte en faveur des réfugiés

  • Jeudi 19 novembre, 18h30 // Réunion-débat « Code du travail : Réforme ou casse ? » // Salle Raugraff (13 bis rue des Ponts, Nancy)

    TractL'intersyndicale (UL CGT, FSU, SOLIDAIRES, CNT et UNEF) vous invite à une réunion-débat avec l’intervention d’une inspectrice du travail ce jeudi 19 novembre à 18h30, salle Raugraff (13 bis rue des Ponts, Nancy).

    Code du travail : Après les lois Macron, Rebsamen, El Khomri etc. - Réforme ou casse ?

    Le patronat et ses soutiens politiques, au nom de l’illisibilité d’un code prétendument de 3900 pages, entendent en finir avec l’Etat de droit dans les entreprises et exigent la réforme du code du travail ! En acceptant de le réformer, il se fait l’allié de la défense des intérêts du patronat contre les droits salariés.

    Pourtant la lecture du code du travail se résume à 675 pages de droits et 3300 de commentaires et jurisprudences ! Et, à y regarder de plus prêt, à une cinquantaine d’articles de référence. Si le droit du travail s’est complexifié, s’est uniquement à cause des dérogations exigées par le patronat afin de faciliter les licenciements, précariser et flexibiliser le travail. Par exemple 24 contrats précaires dérogatoires au CDI.

    De quelle réforme s’agit-il ? Le gouvernement entend privilégiés le niveau de l’entreprise pour négocier des accords et le droit du travail au détriment de la loi et des accords de branche d’une part. L’accord pourrait s’imposer aux salarié-e-s même si ce qui est prévu par l’accord est moins favorable que ce qui est prévu par le contrat de travail. Pour enfoncer le clou, il serait question que les indemnités de licenciements en cas de refus par les salariés de la modification de leur contrat de travail suite à un accord soient inférieurs à ce qui est prévu actuellement par la loi.

    Si le gouvernement privilégie l’accord d’entreprise à la loi ou l’accord de branche à la demande du patronat, ce n’est pas pour privilégier la négociation de proximité, au plus près de la prétendue réalité du terrain. Mais c’est bien parce qu’à ce niveau, il est plus difficile de créer un rapport de force favorable aux salariés et que les pressions sur les négociateurs sont les plus fortes.

    Ils espèrent ainsi dégrader les garanties collectives des salariés, avec des conséquences importantes sur nos conditions salariales et de travail (baisse de salaire, hausse du temps de travail, paiement des heures supplémentaires, congés, sécurité au travail, etc.). En réalité, cette réforme du code du travail va permettre d’attaquer entreprise par entreprise tout les acquis sociaux obtenus par plus d’un siècle de luttes.

    Comme ils le disent eux-mêmes, la loi a pour objectif de « renforcer la compétitivité et la souplesse des entreprises ». Par exemple, travailler 48 heures par semaine pendant une période, en fonction uniquement des besoins de l’entreprise.

    Cela ne va pas simplifier le droit du travail mais au contraire créer une multiplicité du droit. Et pourquoi pas autant de droit qu’il y a d’entreprises !

    C’est de la destruction du droit du travail dont il est question qui déjà, qui a déjà commencé avec la loi Macron, Rebsamen… A quel titre devrions-nous accepter une régression pareille ?

    Au nom de l’accroissement sans précédents des inégalités, de l’accroissement de l’exploitation du travail, de la flexibilité et de la précarité ou pour le dire autrement à celui de l’enrichissement invraisemblable de nos maîtres ? (10% détiennent 50% de tout ce qui existe dans le pays !)

    L’intersyndicale, UL CGT, FSU, SOLIDAIRES, CNT et UNEF vous propose de participer à une réunion pour en débattre.

  • En nomvembre au CCAN

  • Dimanche 15 novembre, 13h // Déambulation festive suivie d'une occupation agricole des terres de l'ANDRA // Saudron, village situé à 2 km de Bure

    Bonjour à toutes et à tous !

    Depuis fin septembre l'ANDRA intensifie ses travaux préparatoires à la poubelle nucléaire avec des fouilles archéologiques qui lacèrent des dizaines d'hectares de terres agricoles (http://vmc.camp/2015/10/02/sur-les-travaux-en-cours/)... Nous, nous répondons par une occupation collective et joyeuse des terres pour enraciner notre résistance !

    Soyez nombreux.euses 
    à Bure 

    le dimanche 15 novembre 

    pour une déambulation festive 
    suivie d'une occupation agricole des terres de l'ANDRA ! 
    Ramenez des semis d'hiver et des plants d'arbres (fruitiers ou de haies) !


    Rendez-vous à Saudron, village situé à 2 km de Bure, à 13h. Nous partirons ensemble vers le lieu de semis en musique. En fin de journée, aprés les travaux agricoles, soirée conviviale (repas, chansons...) à la Maison de résistance à la poubelle nucléaire de Bure ! Possibilité d'hébergement sur place le 14 et/ou le 15 au soir!

    Plus d'infos sur : vmc.camp / www.burestop.eu

  • Le planning de Decembre 2012

  • Le planning de Novembre 2012

Informations supplémentaires